Étudiants - Archives des années précédentes - 2007/08 - 1° année (2007/8) - MÉMOIRES - VALLAURI Delphine - 02 Les ateliers de l’année -

05 Atelier peinture partie 2

- L’ultime étape autour de l’atelier de monsieur Courbet ne demandait pas nécessairement de peindre. Plus personnelle, il fallait réadapter le tableau de Courbet selon notre personne et notre époque.Le moyen de le faire pouvait être une performance, une installation, un volume , sculpture, collage.....
- Il nous a été dit de ce tableau (pour résumer) qu’il y avait le peintre au centre (l’artiste), qui se posait en médiateur de deux univers : celui des intellectuels à droite du tableau et celui de la société à gauche.Tous autour du peintre qui servirai donc d’intermédiaire.
- Il a fallus emmener : des travaux personnels, des documents de nos artistes ou autres « inspirateurs »et référents et enfin des choses qui nous inspirer la société.
- J’ai donc emmener tout cela : beaucoup de photocopies de biographies et textes d’artistes que j’avais chez moi, (je n’ai pas voulu chercher des choses qui me serve de référent dont je n’avait pas de trace physique je m’était dit que c’était dans ma tête et qu’ils ressortiraient le moment venu nécessaire.) Pour mes travaux personnels il y en avait deja un bon paquet sur ma table de cours et dans les cartons à ses pieds.Et enfin pour ce qui est de la société( j’emploi ce mot mais j’avoue ne pas aimer le faire car je ne sais pas trop de quoi il s’agit exactement en fait) il m’a sembler difficile de faire un choix et puis c’est un peu tout ce qui m’entoure, je trouverai bien dans l’école, dans le doute j’ai tout de même pris une revue « capital » des toilettes de mon père.
- De toute facon tout ces objets ne m’ont pas réeelement servis
- Puisqu’alors que tout le monde commencait a réaliser son projet, j’était encore avec tout mes brouillons de trop de pistes. Incapable de faire un choix j’essayer de les combiner et je tourner et retourner dans un sorte de rond aux allures de montagne avec ses pics , croyant parfois avoir trouver la bonne piste. C’est d’ailleurs trés perturbant pour moi de voir qu’il y en a qui ont de suite leur idée , et qui sont sur que c’est la bonne. J’ai toujours une idée qui me vient , mais elle ne me convient jamais assez , alors j’essai de l’approfondir,et elle m’emmene a une autre idée, et alors je recommence.Le problème étant qu’à force je ne veux pas mettre mes idées précedentes de côté et je ne peux pas.....Je suis donc bloquer

- C’est ici une des rares fois ou j’ai réussi a tout combiner
Je me suis dis mon atelier c’est là, tout ce qui devait transparaitre dans mon résultat final est là, je suis dans une école d’art dans la société, et mon atelier aussi. Dans ma tête je n’arrive pas a me stopper sur quelque chose, alors je vais faire unn résultat évolutif. J’ai donc cerner ce territoire avec tout ce qui se trouvaient à l’interieur dans le but d’ensuite continuer a travailler à l’interieur pour trouver l’idée. C’était une sorte de temps intermédiaire au résultat final qui en fait ne m’interressait pas vraiment. L’atelier et les rapports entre les gens et les choses ne me semblent pas figés (comme dans le tableau de Courbet ) il faut que cela dure dans le temps, que cela se transforme, qu’il y ai des impacts....
J’ai construit ma cabane au gros scotch industriel pour le coté « société ».
Avec du recul je me rend compte que cette cabane peut en dire plus que ce que je ne pensait à la base. On peut partir sur une piste de l’enfermenment de l’art dans un marcher, mis en boite et scotché comme emballer. Ou encore vu l’allure qu’a pris cette cabane ,a une poubelle géante mêlant tout les univers concernés, l’art de la matière et les recherches relayé au rang de déchets (ce qui m’ennuyerai...)......Je n’ai pas envie de chercher des métaphores, en descriptant la symbolique de chaque objet.
- Car ce qui m’ interresse le plus c’est de la voire evoluée dans le temps. Je n’ai casiment rien jété.Lorsqu’on me demande de la détruire , je la déplace et la réduis , ne gardant que les portes et angles porteurs, le reste servant de houssse pour chaise....Le but étant de recycler.maintenat , eparpillée elle ne véhicule plus les même méssage qu’avant, ....Je ne sais pas encore vers quoi elle me mène. mais c’est en tout cas le travail qui m’a le plus marqué et interresser cette année.
- Je voulai faire quelque chose de précaire mais on m’a fait constater le prix du gros scotch , je n’en avais pas conscience dans le mesure ou on me l’avais donné. Je n’aurai jamais fait cela au prix ou il coute, j’aurai peut être utiliser du carton....je ne sais pas mais c’ets trés grave puisque je travaille beaucoup avec le gros scotch et je pense que si un jour on ne me le donne plus je ne continuerai pas ou persisterai en fouillant les poubelles des grandes surfaces.

_

_


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr