Étudiants - Archives des années précédentes - 2008/09 - 1° année (2008/09) - MÉMOIRES - GANTELME Cyrielle -

14-La boîte à chaussure

Sur deux jours nous avons eu atelier peinture.
Tout de suite j’ai pensé grosse galère moi qui sait à peine se servir d’un pinceau.
A partir d’un tableau de Georgio de Chirico avec ses grands bâtiments on traça la perspective puis à l’aide de pigments ou de gouache ou même acrylique peu importe on essaya de retrouver les couleurs du tableau.
« vous prenez un élément du tableau qui vous plaît puis vous le reproduisez en peinture en plus grand »
Oh non.. qu’est ce que j’allais bien pouvoir peindre.. Un bâtiment ? sûrement pas avec toutes ces fenêtres qui doivent être bien aligné.. La perspective ? Encore moins.. J’ai donc pris la décision d’agrandir le personnage sur son nuage au milieu du ciel.
Une foie agrandi, un crayon gris à la main je me lançais.. Heureusement la gomme n’était pas très loin.
Une foie mon personnage reproduit je me mis à la peinture.. Par ma grande surprise le résultat se trouvait mieux que ce que j’avais pu imaginer.
Avec énormément de conseil du professeur, j’ai jouer avec les nuances d’ocre pour donner du volume et de la luminosité à mon personnage. Pareil pour mon nuage qui si trouvait trop blanc, j’ai rajouté un peu de gris pour lui donner plus de matière.. Quand au fond dégradé de bleu je le mélangeais avec le personnage ainsi que son nuage plus ou moins confortable. Seul son bras replié sur sa tête laisse encore à désirer. Cette approche de la peinture m’a finalement intéressé dans le sens ou j’ai progressé dans les mélanges de peinture et les dégradé de couleurs, bien que le résultat ne soit pas parfait.

Après cette reproduction sur format raisin. On apporta tous une ou deux boîte à chaussure qu’on recouvra de peinture blanche. C’est alors que chacun d’entre nous réalisa en quelques sorte sa fenêtre toujours à partir du tableau de Chirico.
Pour ma part je voulais que l’on voit aussi bien l’intérieur que l’extérieur de ma boîte. J’ai repris une des fenêtre du tableau où l’on aperçoit une personne vêtue de noire regardant par la fenêtre. Dans l’oeuvre de Chirico nous ne voyons que l’extérieur, c’est à dire le bâtiment. Pour ma part je décidais donc d’imaginer l’intérieur de l’appartement qui contrasterai avec le dehors. En effet je réalisa le dedans en y mettant le ciel de Chirico ainsi que le sol sablé en guise de parquet. L’appartement qui s’imprègne de la nature, je trouvais ça intéressant que le décors que le personnage souhaite voir du haut de sa fenêtre se retrouve dans son chez lui comme un rêve où il flotterai.

J’ai trouvé le carton comme étant un matériel dur à manier. Surtout les tranches du carton pleins de petits trous qu’on a dû reboucher à l’aide d’une sorte de ciment pour que le résultat soit parfait. mai le plus beau restait encore à venir. En effet une fois toutes les boîtes à chaussure de chacun d’entre nous terminer il fallut toute les rassemblait afin de construire une sorte de village toujours à la façon de Chirico.

On assemble, on démolit, on recommence on s’engueule, on est pas d’accord..
Un coup c’est la perspective qui va pas, un coup c’est les boîtes qui ne s’assemblent pas bien. Bref, on prend du recule on modifie, on s’écoute, on prend les bonnes idées des uns et on rejettes les mauvaises. Au final on réussit à trouver un ensemble qui nous convenait à nous tous. même si pour ma part il n’y avait pas assez de perspective, voir les boîtes toutes différentes mais qui réunies nous plonge dans un univers harmonieux m’a fortement amusé et plu.

Deux ou trois d’entre nous s’étaient consacrés au décors tel que le fond derrière les boîtes mais aussi le nuage et le personnage qui guette en coin nos bâtiments.

Un travail de groupe au goût de chacun et des boîtes qui n’accueilleront plus des chaussures..


ESAAix - Ecole supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr