Études supérieures - Les modalités d’admission -

Épreuve plastique du concours d’entrée - Mars 2019

Les sujets de l’épreuve plastique du concours d’entrée de mars 2019 sont en ligne. Tout candidat inscrit à cette session du concours doit répondre à l’un de ces sujets en amont de son entretien avec le jury, le jour de sa convocation.

Les sujets

Vous traiterez au choix l’un des deux sujets proposés ci-dessous.

Sujet A

Habiter la ville par le corps / faire oeuvre dans la ville
Le nomade est celui qui n’a pas de domicile fixe et qui change fréquemment d’environnement. Lié à l’errance, le nomadisme caractérise aujourd’hui nos sociétés urbaines qui déplacent en permanence des biens, des objets et des personnes.
À partir de recherches documentaires et de déambulations en opérant des prélèvements dans l’espace urbain, vous devrez créer une situation qui re-questionne et déplace notre manière d’habiter, qui pose autrement notre relation corporelle à l’espace qui nous entoure.
Vous présenterez deux réalisations en utilisant au moins deux médiums (dessin, son, vidéo, photo, volume, performance), ainsi que les recherches préalables qui y sont associées.

Sujet B

Qu’est ce que je fais quand je ne fais rien ?
La valeur du travail n’a pas toujours, et en tous lieux, été glorifiée comme elle l’est aujourd’hui dans notre société.
Dans son célèbre ouvrage Le Droit à la paresse paru en 1880, Paul Lafargue estime que chacun doit avoir le droit d’employer librement le temps plutôt que d’en être l’esclave. L’amour du travail serait selon lui une invention de l’idéologie capitaliste qui conduirait le monde à son écroulement à cause d’une sur-productivité aussi bien inutile qu’incontrôlée
L’univers artistique n’est pas étranger à cette glorification de la productivité, mais quelques artistes ont essayé de se démarquer de cette logique productiviste en essayant de faire valoir le fait qu’une œuvre est avant tout l’expression de l’expérience de son propre rapport au monde, de son vécu et qu’il serait possible de faire de sa propre vie une œuvre d’art.

  • Marcel Duchamp qui a utilisé des objets déjà faits (ready-made), en leur donnant simplement un titre et qui a aussi inventé la notion d’infra-mince pour qualifier des actions infimes ;
  • les artistes de l’art dit « conceptuel » qui ont essayé de limiter la matérialisation des idées ;
  • les artistes du groupe « Fluxus proclamant « L’art c’est la vie », et. Bien entendu il est très difficile de ne rien faire, et c’est ici véritablement l’argument du sujet proposé. Ce sujet vous propose donc d’explorer la somme immense d’événements qui se produisent lorsque vous êtes inactifs et paradoxalement d’en faire quelque chose qui puisse en rendre compte, en utilisant le ou les médiums de votre choix.

Les consignes

Les techniques de réalisation sont multiples : peinture, dessin, photo, vidéo, son, volume, techniques mixtes, ou tout moyen qui vous semblera utile, pourvu que vous puissiez l’apporter et qu’elle puisse être stockée sans dommage.

Lors de l’entretien avec le jury (le jour est précisé par la convocation que vous avez reçu), vous apporterez cette épreuve plastique ainsi que vos travaux « personnels ». Il s’agit de toute réalisation qui témoigne de préoccupations personnelles ne relevant pas de l’exercice scolaire (carnets, écrits, images, dessins, photos, peintures, captations son, vidéos, etc.)

Attention :

  • Les propositions utilisant les nouveaux médias ne devront pas excéder deux minutes et devront être réalisées sur un support lisible par n’importe quel ordinateur (à disposition dans la salle du jury lors de l’entretien).
  • L’école supérieure d’art conservera votre production pour une durée de trois mois à l’issue de laquelle vous pourrez récupérer votre travail si vous le souhaitez.

ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr