Événements - Expositions et Performances - Archives des années passées - 2012 - 2013 -

Nouveaux regards 2012

du 1er octobre au 20 décembre 2012

5e vernissage, GUILLERmO mONCAYO BARBAROSA, le 26 novembre à 18h

C’est maintenant devenu un rendez-vous régulier : voici la troisième édition de l’exposition, à l’Atelier de Cézanne, d’un choix de six jeunes artistes issus de l’école supérieure d’art. Ainsi s’inscrit et se construit dans le temps une collaboration fertile entre l’Office de Tourisme et l’école, entre une institution patrimoniale et un lieu de formation orienté sur les pratiques actuelles, mais aussi entre ces institutions et des personnalités qui sont des acteurs de la vie de l’art contemporain dans le Pays d’Aix. C’est une façon pour chacun de faire vivre la nécessaire transversalité entre des lieux et des mondes qui veulent contribuer, à leur façon et dans leurs domaines, à ériger l’art comme question et comme inquiétude. Il s’agit de créer une circulation et des confrontations et de se placer sur la ligne de fracture entre l’art et la culture : le moment du risque et celui de la reconnaissance, le moment du trouble et celui de la référence, le moment de la tentative et de l’invention et celui de la mémoire et de la connaissance.
Il est important de rappeler que cette collaboration se joue sur trois moments, ou à trois niveaux qui forment un ensemble cohérent. Il y a d’abord un jury qui se réunit et qui vient au printemps visiter les étudiants de cinquième année dans les ateliers de l’école d’art. C’est un jury de quelques personnes qui acceptent de se consacrer au jeu de la rencontre et de la discussion avec les étudiants qui ont envie de jouer le même jeu, qui trouvent intéressant de se confronter, au moment où ils mettent en place leur travail et où ils l’inscrivent dans la perspective du diplôme de fin d’études, à un regard et à un jugement extérieur, indépendamment de tout enjeu pédagogique. A cette période là, le travail des étudiants est en cours, rien n’est encore fixé, rien n’est définitif, tout se tente. L’atelier porte entièrement son nom : c’est le lieu et le temps de la fabrication et de l’invention, le moment où les formes se projettent et se pensent autant dans ce qu’elles peuvent affirmer que dans ce qu’elles supposent de possible. Le point de vue du jury se fabrique lui aussi dans cette projection, comme un pari, un coup de coeur, une envie de voir ce que ça va donner. A ce moment là, la rencontre est aussi importante que le travail qui se dévoile.

Le deuxième moment est constitué par l’exposition. Ceux qui ont été choisis installent à tour de rôle leur travail dans la petite salle d’exposition que constitue l’abri du jardin de l’Atelier de Cézanne. Cela représente trois mois d’expositions successives. Le diplôme est passé, les pièces sont sorties de l’école, elles s’en détachent et doivent valoir par elles mêmes et pour elles-mêmes. Les artistes ne sont plus des étudiants. Si ce que l’on voit témoigne évidemment de ce qui se fait dans l’école, ce n’est plus que par un effet secondaire et marginal, ce n’est plus l’essentiel. L’essentiel est là, maintenant, il consiste à savoir si ça tient ou si ça ne tient pas, si ça dit quelque chose ou pas. L’essentiel est ce que le travail porte de devenir, c’est à dire la capacité qu’il montre de se porter lui-même.
Le troisième moment est constitué par le catalogue de l’exposition. C’est un outil d’échange, d’information, et d’abord pour les jeunes artistes. mais c’est aussi un élément d’une mémoire qui se constitue progressivement, d’année en année. Une petite histoire qui s’écrit au fur et à mesure, faite de l’addition des propositions que chacun aura pu formuler. La chronophotographie d’un parcours multiple et multiforme où se dévoile une petite part des rêves qui peuvent naître aujourd’hui, à l’orée du monde de l’art. Ce que deviendront ces rêves, l’avenir nous le dira. Tout ce que nous savons, c’est ce qui les inspire maintenant.

GUILLERmO mONCAYO BARBAROSA
Exposition du 26 novembre au 6 décembre 2012

Vernissage le 26 novembre à 18h à l’Atelier de Cézanne

JPEG - 47.5 ko

Il est un voyageur. Ce n’est pas seulement le fait qu’il se déplace, mais que son regard le guide, et sa camera. Et c’est largement de cela qu’il est question, de la façon dont les choses, les éléments, les gens eux-mêmes bougent, se déplacent, circulent, font fonctionner la grande machine du monde, activent son théâtre, recouvrent la surface muette de la Terre de leurs récits potentiels, font naître sans cesse une foule d’histoires en devenir. La source de son travail se tient dans un entre deux entre l’affleurement du visible, le jeu et le mouvement apparent, les micros événements du voyage, et la nappe souterraine des dispositifs matériels et historiques qui les articulent. Là, quelque chose échappe, une irréductibilité, une incommensurabilité, une étincelle de hasard et de grâce qui nourrit l’imaginaire.

HONG SEONG HYE
Exposition du 10 au 20 décembre 2012

Vernissage le 10 décembre à 18h à l’Atelier de Cézanne

JPEG - 43.8 ko

Elle porte en elle l’ambiance du monde dans lequel elle a vécu son enfance, en Corée, au moment où le mode de vie occidental était devenu un modèle incontestable. Elle en a plus que le souvenir, le sentiment précis des choses dans leur tonalité sensible, un certain jeu des couleurs, des façons d’être, de ce qu’on pourrait peut-être appeler la sculpture sociale des émotions. Ce spectre sensible, évidemment transporté et magnifié par les médias, est indissociable de la part de conditionnement par lequel les individus se socialisent en même temps qu’ils apprennent à consommer dans le monde moderne. C’est ce spectre coloré, cette gamme émotionnelle, cette déclinaison des états d’âme qu’elle a entrepris de décomposer pour en tirer la matière d’une aventure plastique. La peinture y convoque des harmonies subliminales qui nous parlent de notre propre mémoire, qui appellent, en deçà de tout discours, de tout message, à prendre conscience de la fabrication sociale de notre sensibilité.

JULIE BALSAUX
Exposition du 1er au 11 octobre 2012

Vernissage le 1er octobre à 18h à l’Atelier de Cézanne

JPEG - 39.5 ko

Elle fait partie des gens qui ne tiennent debout que parce qu’ils avancent, qu’ils agissent et qu’ils inventent sans cesse, et d’abord leur vie, tous les jours, comme s’ils étaient placés sous la menace immédiate d’une désespérance sans fond. Parce qu’il leur faut lancer un avion de papier contre l’absurdité du monde, et que le monde est lourd, il s’agit chaque fois de s’arracher au sol, de faire surgir l’élan d’un saut dont on voudrait qu’il puisse durer infiniment. Aussi se trouve-t-on quelque part entre l’énergie du geste et la lente mouvance des nuages. Dessin, installation, écriture, propositions sonores, chaque pièce est une tentative de parler du monde tout en lui échappant. Chaque idée ouvre sur un pari, l’affrontement avec la fabrication, le plaisir d’une mise en oeuvre technique et artisanale, et l’envie que cette manipulation disparaisse dans une jubilation joyeuse et pourtant dérisoire.

mAXImE PARODI
Exposition du 15 octobre au 25 octobre 2012

Vernissage le 15 octobre à 18h à l’Atelier de Cézanne

JPEG - 72.6 ko

Il est saisi par la masse narrative que produisent les industries culturelles et du divertissement. On imagine bien qu’enfant, il a dû passer plus que son comptant d’heures devant l’écran de la télévision familiale. Cette part de lui-même est restée présente et on peut bien imaginer qu’il continue de la nourrir. mais il mesure aussi le poids et la force de cette puissante entreprise de recouvrement du monde sous un autre monde, du tissage de la fiction dans la réalité. Il en est devenu un fin connaisseur, un expert. Il a renversé le processus de l’addiction par la connaissance des formes produites et des modalités de leur fabrication. Il s’est donné les moyens de sa propre entreprise de déplacement et de retournement des mécanismes fantasmatiques, et il a décalé leur processus narratif hallucinatoire par le dessin et l’écriture, en se projetant lui même dans un devenir de personnage et en venant hanter, avec une troublante précision, les univers d’images qui peuplent notre quotidien.

BENOIT ESPINOLA
Exposition du 29 octobre au 8 novembre 2012

Vernissage le 29 octobre à 18h à l’Atelier de Cézanne

JPEG - 42.9 ko

Il s’est beaucoup intéressé aux technologies numériques et aux potentialités qu’elles recèlent d’agir sur les comportements. Il cherche à comprendre les modalités de leur action sur nos existences, la façon dont elles les déplacent et les enveloppent, leur donne un cadre et une forme. Il sait que leur force provient du fait qu’elles ne modèlent plus seulement les masses mais s’inscrivent dans les émotions singulières, dans leurs expressions individuelles, dans les actes de chacun. Traversé lui-même par des cultures différentes, par des langues différentes, par des façons de vivre et de penser différentes, il est bien placé pour voir comment les technologies de contrôle se déclinent mondialement à l’échelle du particulier. Il a trouvé dans la cartographie un lieu exemplaire pour penser cette saisie normée de l’individuel. Alors il est parti en faire l’expérience, cap au nord, sur la route européenne E75, tout au bout de la Norvège. C’était en février, il ne faisait pas chaud.

FLORENT LEFEBVRE
Exposition du 12 novembre au 22 novembre 2012

Vernissage le 12 novembre à 18h à l’Atelier de Cézanne

JPEG - 51 ko

Il appartient à cette catégorie d’artistes dont la pratique s’inscrit d’abord dans l’atelier et par les moyens de l’exercice quotidien, modeste, répété, au plus près de ce qui se joue dans le faire. Il y a là une forme de discipline et, évidemment, la recherche d’une discipline de la forme. mais, comme il a aussi le sentiment de la fragilité des choses et des instants, de la perte et de l’inexorabilité de son recouvrement, Florent voudrait que cela se fasse dans une certaine légèreté, avec élégance, sans avoir l’air d’y toucher. Pas de grands mots, pas de trop grands gestes, pas de matières nobles, mais une formidable capacité d’inventer la variation, de moduler et de différencier, de ressourcer la vie par la diversification du sensible. D’un certain point de vue, on pourrait penser à une biologie ou à une écologie du trait : la survie trouve sa condition dans la variation et la différence. Avec en contre-point une permanente fascination pour la lumière et la couleur, la seule chose, peut-être, qui s’épanouit dans le présent tout en perdurant à l’infini.

Entrée libre pour les expositions « Nouveaux regards »

Atelier de Cézanne
9 avenue Paul Cézanne
Aix en Provence
Tél. 04 42 21 06 53
www.atelier-cezanne.com

École Supérieure d’Art Félix Ciccolini Aix en Provence
rue Emile Tavan
Tél. 04.42.91.88.70
www.ecole-art-aix.fr

Une manifestation organisée par l’Office de Tourisme et l’Atelier de Cézanne.
En partenariat avec l’École Supérieure d’Art Félix Ciccolini Aix en Provence, la ville d’Aix -en- Provence, la communauté du Pays d’Aix et la Direction Régionale des Affaires Culturelles.


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr