Étudiants - Archives des années précédentes - 2009/10 - 1° année (2009/10) - MÉMOIRES - CHORT Manon -

Perception Imagination Couleur : GIOTTO

Perception Imagination Couleur :
Apprivoiser la peinture en traversant Giotto ...

Giotto di Bondone ( 1267 Vespignano ou Romignano / 1337 Florence)

Précurseur de la peinture de la Renaissance italienne, il a réalisé de nombreuses fresques à Assise, à Padoue, ainsi qu’un travail architectural : le Campanile de la cathédrale de Florence.
Il s’inscrit en rupture avec l’Art Gothique italien et marque le passage de la représentation religieuse hiératique à une représentation plus humaniste et naturiste.

Elie Faure dans son ouvrage sur l’histoire de l’art médiéval (éd. livre de poche) souligne que chez Giotto le divin se retrouve dans la simplicité de la vie, dans la NATURE, les corps inclinés en pleurs ou se relevant vers l’espérance, les mains qui supplient. Il parle de « DRAmE ARDENT » et de « LUmIERE ». Les visages et postures corporelles traduisent des états émotionnels forts et sont vraiment le signe d’une HUmANISATION DE LA VIE SPIRITUELLE.

Ce qui m’a interpellé :
- Posture des personnages : agenouillés, suppliants, abandonnés, relevés, tordus de douleur, ouvrant les bras, tendus vers le ciel...
- Composition : HARmONIE DES GROUPEmENTS et CIRCULATION DES REGARDS

Qu’est-ce qui fait LIEN ENTRE le TERRESTRE et le CELESTE ?

Après avoir approché l’univers de Giotto à travers des recherches et des croquis, Don Jacques et marine nous ont amenés à interpréter librement le langage pictural de Giotto sur grand format....

Je me suis sentie dans un premier temps comme coincée par cette consigne. J’étais comme tiraillée entre un collage à la peinture de Giotto ( figuration, personnages en toges, découpe montagne/ ciel, composition d’ensemble paysage/ personnages, tons de chair, ocre jaune, rouge, froid des montagnes, bleu du ciel, symboles religieux...) et une envie de me libérer de cette iconographie qui nous a entouré pendant ces trois semaines de PIC ( mais qui n’est pas vraiment mienne).
C’est-à-dire comment découvrir une utilisation personnelle de la couleur et retranscrire l’imaginaire qu’avait suscité en moi cette traversée de Giotto, ou comment c’était intériorisé et transformé en moi tous ces éléments ?

Ce travail a été pour moi laborieux et difficile avec des moments de stagnation et d’autres d’ouverture, d’avancée. Voici quelques éléments qui ont jalonné ce parcours :

Partir du BLANC, du RIEN
Travailler la matière Colorée
Quelque chose apparaît dans l’espace mental => lui donner forme dans l’espace graphique
Superposer les nuances, enrichir la couleur, la moduler
Traiter, organiser les masses = Composer

Découpage CIEL / TERRE / HUmAIN (c’est l’humain qui fait lien entre la terre et le ciel : son ancrage sur terre et son élévation spirituelle vers le ciel).

Je choisi donc de placer une masse- personnage qui fait lien entre le bas et le haut avec des couleurs chaudes ( corps ocre rouge et auréole dans les jaunes) Un personnage réduit à une forme -informe qui peut rappeler aussi celle d’une montagne, d’un drapé surplombé d’un rayonnement ardent. Comme un intermédiaire entre le sol et le ciel.
Pour le ciel, je m’attache à travailler la matière, le relief de la couleur pour lui donner CHAIR et je laisse des coulures marquées la verticalité. Comme si le céleste coulait sur la terre.

Je me rends compte que la peinture instaure une autre temporalité que le dessin, quelque chose de moins immédiat et qu’il me faut travailler la couleur elle -même plus que représenter par un contour.

//Superposition de couches de couleur, de perception, de conscience//

J’ai aussi réutilisé un premier travail avorté que je décide de retravailler au pastel gras en le tournant à l’envers : figures « giottesques » superposées, renversées, jeu sur l’échelle de ces personnages et leur degré d’impression, de visibilité... Notion de la circulation des regards et de figure interne comme des archétypes imaginaires....

Ce travail m’a amené aussi vers d’autres univers de peintres de notre époque que j’apprécie beaucoup comme Thibault de Reimpré
ou Tshuta Kimura
et qui me font penser à l’idée de CHAIR DE LA COULEUR.


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr