Étudiants - Archives des années précédentes - 2009/10 - 1° année (2009/10) - MÉMOIRES - CHORT Manon -

Volume/Son : I.C.H.E.S.A

c h a i s e
i c h e s a

Groupe : Claire Camous et Vincent mathieu

Cet atelier nous a amené à réfléchir autour de l’objet chaise et à le questionner sous une forme plastique en volume et son.

Tout au long des semaines nos réflexions ont portées sur la représentation, la fonctionnalité, l’utilisation, la symbolique de la chaise.
Jusqu’où une chaise est une chaise ? Quelles sont les limites de l’objet ? Quel lien entre l’objet réel et sa représentation mentale ?

- DECOmPOSITION - RECOmPOSITION -

Dans un premier temps, nous avons réalisé un dessin d’une chaise à partir de photocopies de parties d’une chaise de l’école. La photocopie : comme une tentative de capturer l’objet ? Avec ces morceaux de réel, reconstruire l’image d’une chaise (concordante à la réalité ET/OU discordante, déviante par rapport à la représentation que l’on a d’une chaise). Idée d’une chaise inadaptée (non usuelle), folle. Les questions de la fragmentation, du morcellement (termes psychiatriques) me font penser à une chaise PSYCHOTIQUE.

- SCENOGRAPHIE - PERFORmANCE SONORE -

matériel : des chaises + un catalogue d’ameublement : « HABITAT, BIEN CHEZ SOI »

1/ - Enoncer un extrait du catalogue : description des chaises, références, classification, noms des produits.
En même temps, Organiser, ranger, aligner soigneusement les chaises.

2/ - Enoncer à deux voix un autre extrait du catalogue de manière non coordonnée jusqu’à être incompréhensible.
En même temps, Défaire l’alignement des chaises, les désorganiser jusqu’à en faire un amas informe et disloqué.

- Réflexions autour de la chaise -

Déconstruction, fragmentation => Perdre son assise, perdre pieds, avoir le cul entre deux chaises

Intime => lieu de l’arrêt, position assise, pause, immobilité, relâchement

ImPERSONNEL : objet reproductible, commercialisé, standardisé / PERSONNEL : objet du quotidien, dans l’espace privé

Réception, Accueil => invités, bureau, médecin

Soutien => se poser, se reposer, relâcher le corps

Elévation => monter sur une chaise pour atteindre, s’élever

Squelette de la chaise : DOSSIER-ASSISE-PIEDS

Disparition de l’objet réel => apparition de l’objet pensé
C’est dans l’absence de l’objet concret que peut apparaître sa représentation mentale

- REALISATION D’UNE INSTALLATION -

Dans une salle de 4m50x3m30, nous avons installé 2 barres parallèles fixées au plafond par des câbles. Sur ces barres, nous avons suspendu des morceaux de chaises à des crochets que nous avons fabriqués à l’image des crochets de boucherie (des esses). Nous avons réalisé ces morceaux en récupérant de vieilles chaises cassées que nous avons coupées à la disqueuse. Nous avons donc deux barres, deux alignements de suspensions de morceaux de chaises (comme des corps démembrés, décortiqués)
Au plafond, des gélatines rouges sur les néons (pour créer une ambiance lumineuse oppressante et en lien avec l’imagerie d’un abattoir ou d’une chambre froide).
Un haut parleur diffusait une bande sonore créée grâce au logiciel PURE-DATA que nous avions programmé pour lire aléatoirement des séquences sonores issues de notre première performance (cf. scénographie). Sons froids, de choc métalliques, voix distordues...
Un rideau noir fermait l’entrée pour isoler la pièce et créer un espace clos.

- PERFORmANCE -

Nous avons demandé aux personnes de faire une file d’attente devant le rideau noir et de garder le silence jusqu’à la fin de la performance.
Dans la salle (non éclairée), les morceaux de chaise étaient posés au sol. Nous avons fait rentrer les personnes une par une en les disposant en rangée, en même temps que l’un de nous accrochait petit à petit les morceaux de chaises aux crochets. Lorsque tout le monde fut rentré et disposé les uns à la suite des autres en lignes entre les suspensions des bouts de chaises, nous avons allumé la lumière rouge. Disposés tous les trois face aux rangées de personnes (la salle était remplie), nous sommes restés dans le silence, avec seulement le bande sonore, pendant quelques minutes. Puis nous avons rallumé la lumière et fait sortir les personnes.


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr