Événements - Expositions et Performances - Archives des années passées - 2010 - 2011 -

monsieur moo, « R.Q.c.P-43.r1, PAPARUDA »

R.Q.c.P-43.r1, PAPARUDA*

Exposition dans le cadre de la fête de la science, en partenariat avec l’école Supérieure d’art d’Aix en Provence et l’Observatoire de Haute Provence (O.H.P.)

Avec monsieur moo, artiste plasticien et ancien étudiant de l’école supérieure d’art d’Aix en Provence

Du 18 au 24 octobre 2010

tous les jours de 14h à 19h

Présentation de son travail le lundi 18 octobre à 16h (amphithéâtre)

VERNISSAGE LE JEUDI 21 OCTOBRE A 18h00

Galerie de l’école supérieure d’art d’Aix en Provence

rue Émile Tavan, 13100 Aix en Provence

04 42 91 88 70

Depuis 2009, l’OHP en partenariat avec l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence accueille des artistes en résidence.
Après chacune d’elles, une exposition des travaux est organisée à la galerie de l’école.
Leurs créations s’appuient sur les recherches qui sont effectuées à l’OHP que ce soit en astronomie, en science de l’atmosphère ou en écologie.

Autour de cette exposition, des projections de courts-métrages présenteront l’OHP

- 193 (Guillaume Stagnaro, Julien Sallé, Julien Hô Kim)
- Un Observatoire du ciel et de la Terre (Jean mouette, Production : CNRS Impages et OHP)
- Le miroir dans la cloche (Jean-François Dars et Anne Papillault, Production CNRS Impages média)
- Dans la communauté végétale (Harold Vasselin - madeleine Chiche et Bernard misrachi /Groupe Dunes) créée au couvent des Cordeliers à Forcalquier durant l’été 2010, dans le cadre de l’Année mondiale de la biodiversité. Création artistique autour du travail scientifique des écologues de l’OHP.
- De deux choses Lune, l’autre c’est le Soleil (Ségolène Gérard, vidéo réalisée dans une chambre de l’OHP)

*Paparuda, acte 2 du triptyque Climat est le titre d’une performance publique consistant à déclencher de manière artificielle des pluies à la frontière entre les Etats-Unis et le Canada. L’objet de cette performance est de faire écho à un accident géopolitique survenu en 1949 non loin de l’endroit où les USA avaient ensemencé des nuages se déplaçant vers le Canada. A cette époque de sècheresse l’Histoire avait déjà soulevé le problème de la propriété du nuage et de l’eau qu’il contenait. Le Canada s’était alors plaint de s’être fait exproprier de cette pluie par ses voisins américains. A l’issu de cet évènement, le Canada sous mandat de l’ONU, a ratifié le traité R.Q.c.P-43.r1 légiférant les provocations artificielles des pluies en Amérique du nord. Depuis deux ans l’artiste monsieur moo tente d’obtenir l’accréditation du ministère de l’environnement Canadien pour pouvoir réaliser sa performance. Cette loi n’ayant jamais été sollicitée en l’espace de 51 ans, aucun juriste ni avocat fédéral n’est en mesure de l’appliquer dans le cadre d’un geste artistique. Ces débordements juridiques, administratifs et politiques, viennent enrichir le propos de l’artiste qui tente ici de créer un jeu d’échelle dans la disproportion entre les besoins d’un projet et la familiarité de son sujet : une pluie


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr