Étudiants - Archives des années précédentes - 2007/08 - 1° année (2007/8) - MÉMOIRES - VALLAURI Delphine - 04 Cour de dessin hebdomadaire -

03 modèle nu masculin

Il me semble que les modèles masculins sont moins répandus que les feminins dans mon parcour en tout cas.
Premier et seul modèle et nous l’avons eu deux fois pour modèle et la deuxieme fois j’en ai eu marre- Aprés tout ce corps dans ce contexte n’est qu’un objet , reactif a la lumiere , subissant l’attraction terrestre.Par exemple
si aprés avoir dessiner mainte fois un pot en verre on ne la pas étudié dans d’autres états tel que casser par exemple, avec des parties en moins , vide , plein ... ;comment retransmettre sa fragilité par exemple
J’interprete donc ma lassitude par ce fait de ne pas pouvoir établir de comparatif ,et donc ne pas réaliser ce qu’il est interressant de mettre en valeur- Je ne peut pas comprendre que ce detail révéle un mode de vie,une attitude un trait de personnalité, si l’on n’a pas vu qu’il n’était pas présent chez les autres d’où son importance. je me trompe peut etre aussi. Le reflex pour certains peut être aussi de dire qu’on voit des corps tout les jours, les modèles sont different car oter de tout contexte mis a part celui propre a leur condition de modèle,toutes influences,indices (habit ,conversation, est mis de coté ) la personnalité transparait au travers du corps- C’est pourquoi je trouve cela interressant de ne pas discuter avec le modèle, pour laisser son corps parler de lui même.
Si je n’avais pas eu de modele feminin avant ce masculin je n’aurai peut être pas cerner certaines differences propre a chacun- J’ai essayer d’accentuer ces lignes plus droite, les angles multipliés, par la gestuelle des traits

En accentuant que quelques zones alors que j’avais tendance a estomper avec le feminin ici je n’esite pas a appuyer. Afin de faire ressortir le contraste des forces : le dessin est a la main gauche et le pastel à la droite, cela ne marche pas complètement.

Note rapide sur le cours de Pierre .P
Ne pas oublier les origines du nu : a la base une sorte d’embellissement d’après ce que j’ai compris, avec souvent à la base des associations religieuses et c’est aux 19 eme siècles que l’aspect laid j’entends par la naturel et non divin c’est un peu plus révéler, puanteur, corps pourrissant associer à la mort, après tout il ne faut pas croire qu’après s’être fait une beauté chez le......on restera toute mise en pli dans son si beau cercueil. voici donc de la chair (pouvant faire allusion a la chaire animale : vache)de la decomposition , du muscle

LA DEUXIEmE FOIS

Sur envelloppes

le ras le bol


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr